Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/03/2006

UNE MALADRESSE INSOLITE

(Mars 2000, australie )Un homme d'une trentaine d'années est mort à l'hôpital après avoir été retrouvé dans son atelier de restauration d'antiquités du centre ville, souffrant de multiples blessures à l'aine. Il était à peine conscient après ce qui était, apparemment, un accident, quand les secours l'ont emmené aux urgences.

Une jeune journaliste nommée Angeline MacKenzie a découvert que l'homme, Bruce Coltrane, avait été trouvé par sa femme après qu'elle ait entendu des cris d'agonie venant de l'atelier.

Il faisait chaud ce jour là (plus de 40°C) et Bruce buvait un Coca-Cola bien glacé. MacKenzie pense que l'homme, stimulé par la chaleur et l'ennui, a commencé à se masturber. Pendant sa masturbation, il décida de se faire quelques nouveaux piercings en plantant avec son marteau de petits clous très fins dans son prépuce. Apparemment, il aurait raté son coup et frappé son gland avec le marteau d'1 kg, le coupant quasiment en deux. Souffrant atrocement et voyant son membre mutilé, il saisit le soda et le versa sur la blessure tout en se précipitant vers le téléphone.

Ce qui est arrivé après dépasse l'entendement.

La douleur de Bruce était si terrible qu'il s'évanouit et tomba par terre. Se réveillant plusieurs heures plus tard, il découvrit avec horreur que non seulement son pénis mais également son scrotum et ses testicules avaient disparu.
L'enquête révéla que le sang et la boisson sucréeavaient attiré des rats, qui se sont régalé des organes génitaux, allant jusqu'à entamer ses intestins, et ne le quittant que quand il redevint conscient et commença à bouger.

Saignant abondamment, il appela à l'aide, mais il était déjà trop tard. Il est mort à l'hôpital de l'hémorragie.

Commentaires

Je ne sais pas si cette histoire est vraie, mais elle pourrait l'être, et si c'est le cas, voilà un homme qui n'a rien dans le crâne, victime d'une société où l'on fait faire aux gens tout et n'importe quoi (surtout pas les faire réfléchir), pourvu que ça rapporte. Car il faut être un tantinet fêlé de la carafe pour se mettre des percings dans le prépuce.

Écrit par : L'OBSERVATEUR | 07/03/2006

Les commentaires sont fermés.