Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/04/2006

LE SILENCE EST UNE VIOLENCE

Le silence est aussi une violence » Ne vous laissez pas faire, ne vous rendez pas complice, prenez position contre les violences faites aux femmes.
La violence faite aux femmes repose souvent sur le silence et le refus de voir ce qui est pourtant évident. Que faisons-nous, en tant que parents ou enseignants, lorsque nous entendons les garçons traiter les filles de « putes » ou d’autres noms insultants ?
Que faisons-nous lors d’une soirée lorsqu’un invité harcèle ou tient des propos méprisants à l’égard de sa femme, de son amie, ou des femmes en général ?
Que faisons-nous lorsque nous suspectons qu’une voisine est victime de violences de la part de son mari ou de son compagnon ?
Il est facile de prétendre qu’on n’a rien vu ou rien entendu.

medium_couple_rien_voir.jpg

RIEN VOIR, RIEN ENTENDRE, RIEN DIRE

Commentaires

Pour ce qui est de lutter contre la violence faite aux femmes, aux enfants et aux personnes âgées, nous sommes à 1000/100% (mille pour cent) avec toi.
J'ai écrit sur notre blog:
"Les femmes nous embellissent la vie, elles ne méritent pas qu'on la leur pourrisse".
Nous avons aussi un paragraphe intitulé:
"Assez d'enfants martyrs ! Assez d'enfants disparus !"

Écrit par : Louis BALLESTER | 27/04/2006

Pourquoi les femmes, ou les hommes battus restent avec leur conjoint ?
Ne sont-ils pas criminels eux-même vis à vis de leur enfants de rester ?
La souffrance qu'ils endurent, ils le font vivre à leurs enfants et de plus mettent souvent la vie de ceux-ci en danger ainsi que la leur.
Malgré qu'il soit plus difficile de partir que de rester : partir c'est se retrouver parfois sans ressources avec les enfants, mais il vaut mieux cette situation que de rester, des foyers sont ouverts pour ces femmes, souvent elles méconnaissent les possibilités, la peur de la personne qui la violente lui coupe toute action.
Il y a plusieurs cas de figures :
Souvent les femmes battues le sont par un compagnon qui n'est pas le père de ses enfants, et la c'est pire car il n'hésite pas à brutaliser les enfants pour faire encore plus de pression sur la mère.
Un autre cas, la femme est très amoureuse, elle a tellement galéré seule avec ses enfants avant de rencontrer son nouveau compagnon, qu'elle le laisse violenter ses enfants pour ne pas perdre le confort qu'elle a trouvé, (elle arrive même à se convaincre que son compagnon a raison de corriger son enfant, ou elle utilise la méthode, de "rien voir, rien entendre, rien dire", jsuqu'au jour ou son enfant se retrouve hospitalisé ou pire à la morgue, elle se retrouve boureau sans avoir été consciente de ce qu'elle laissait faire.

Écrit par : soezic | 27/04/2006

Les commentaires sont fermés.