Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/03/2011

SAVICH

Nous venons de recevoir un petit carton d’invitation d’un couple d’amis, ils désirent nous présenter leurs enfants arrivés dans leur foyer il y a peu de temps.

Ils désiraient avoir des jumeaux, leur quète a été longue, de grosses embuches ont parsemées le chemin tout au long de ces quatre années de démarches.

53259015.jpg



L'adoption est un chemin de longue haleine et de patience.
Enfin bref, les bébés sont enfin là.

Gwenalys ma fille de 21 ans m’accompagne pour voir les petites merveilles.
Arrivées à l’angle de la rue de nos amis, il y a un magasin, une grande vitrine bien éclairée attire notre attention.

« SAVICH », c’est l’entête de la boutique.

A priori c’est une future galerie d’art.

Une petite affichette annonce qu’ils cherchent une collaboratrice,

« Cherche Collaboratrice, pouvant être disponible quelques heures par semaine, Etudiante ayant des notions dans les arts serait bienvenue. »

Gwenalys me regarde et nous n’hésitons pas, c’est tout à fait ce qu’elle cherche pour arrondir ses fins de mois, elle ; l’étudiante en master de psychologie d’art thérapie.

Nous n’hésitons pas une seconde de plus et pénétrons dans cet antre dédié aux arts,

Un couple assez jeune nous reçoit, l’homme et la femme sont affables, ils nous proposent même un café ou un thé, nous déclinons leur offre et ma fille rentre dans le vif du sujet ;


Oui son profil les intéresse.

Un nouveau rendez-vous est pris pour la semaine prochaine, elle apportera un CV et une lettre de motivation, ils précisent qu’elle vienne seule, pour être plus à l’aise pour l’entretien décisif.

En sortant, je suis heureuse de voir la joie sur le visage de ma nénette, elle pense déjà au salaire qui est surprenant pour une jeune étudiante surtout pour 10 heures de travail par semaine, mais pourquoi pas, on sait que les tableaux se vendent à des prix parfois exorbitants à de riches collectionneurs.

Nous arrivons enfin chez nos amis.

Au premier coup de sonnette Pierrette vient nous ouvrir avec son petit Adam dans les bras, comme toute jeune maman, elle est fiere de sa petite merveille. Il faut reconnaitre que le bébé est charmant, avec des joues toutes rondes, c’est un petit blond aux yeux bleus, un petit angelot.

En nous entendant papoter et nous exclamer sur ce bébé adorable, Thierry son compagnon arrive lui aussi avec une petite fille Eve, toute aussi blonde que son frère, et d’une beauté saisissante.

Par contre un détail nous choque assez rapidement, chacun a son bébé et ne regarde pas celui de son compagnon, à la limite l’on sent une certaine tension, au fil des minutes qui passent, nous découvrons avec stupeur que les parents empêchent les enfants de se toucher, de se voir, les transats sont mis dos à dos.


Un autre détail encore plus surprenant, les enfants ne sont pas habillés avec autant de qualité, Adam a des vêtements de marque alors que Eve porte des vêtements bon marché, il en est de même pour les couches, pour leur lit,

Tout est beauté pour Adam et simplicité pour Eve ;

Le couple fini par nous annoncer qu’ils vont se séparer parce que la vie entre eux n’est plus possible, ils ne s’aiment plus, en voulant des jumeaux ils pensaient que tout serait plus facile et tout le contraire prend forme.

Thierry ne supporte pas que Pierrette fasse des câlins à Eve, qu’elle s’occupe d’elle.

Pierrette ne supporte pas que Thierry s’occupe d’Adam,

Une jalousie maladive s’est instaurée au sein de ce couple en se partageant les enfants.

Nous les quittons avec un certain malaise en leur demandant de nous donner des nouvelles rapidement, en espérant pour eux et les enfants que les choses vont vite s’arranger.

Mardi, Gwenalyss désire que je l’accompagne pour aller déposer son CV chez SAVICH, ils avaient bien précisé qu’elle vienne seule pour l’entretien privé qu’ils voulaient avoir avec elle,

Comme toujours devant le regard suppliant de ma fille je cède.

Oui je sais elle a 21 ans, mais que voulez-vous je suis maman avant tout, et j’adore ma Princesse, je ne sais pas lui résister, surtout quand elle prend son air de petite fille malheureuse.

Il fait nuit quand nous arrivons à la hauteur du local, tout est éclairé, et là nous assistons à un spectacle un peu surprenant, l’homme qui nous a reçu l’autre jour, tire par le bras une jeune fille qui essaie de lui échapper et nous voyons qu’elle crie, la même scène avec une autre jeune fille et la c’est la femme qui était avec le « futur » patron de ma fille qui agit de même;

Ces deux jeunes filles paraissent complètement paniquées, quelques secondes d’hésitations et je pousse Gwenalyss, nous ne rentrerons pas dans cette boutique.

Ils nous ont vu, ils ont vu que nous les avions vu et compris que nous risqions de dénoncer ce qu'il se passait d'anormal dans leur comportement.

Une angoisse m'étreint, l'émotion est très forte.

J’enserre de mon bras la taille de ma fille tout en accélérant le pas, nous arrivons à atteindre la sonnette de l’appartement de Pierrette et Thierry, à notre premier coup de sonnette, ils nous ouvrent leur porte.

Ouf ! je pense que nous avons échappé à un drame.

J’appelle un taxi, dès qu’il est devant la porte nous sortons, vite rentrer à la maison nous mettre à l'abri.

Nous n'’avons malheureusement pas le temps de monter à l’intérieur du taxi, deux hommes nous attendaient en embuscade derrière la porte.

Il saisissent Gwenalys et la mette dans une voiture qui se gare le long du trottoir juste derrière le taxi.

La scène s’est passée très vite, d’une telle rapidité que personne n’a le temps de réagir, la voiture emportant ma fille démarre en faisant crisser les pneus et disparait au coin de la rue.

Gwenalys… Gwenalyyysssssssss.... mon cri s'étouffe dans ma bouche !

C’est l’horreur,
C’est un cauchemar.
Un horrible cauchmar !


Je suis en nage, les yeux grands ouvert, je suis là dans la nuit à me demander ce qui vient de m’arriver.

Je me redresse et m’assoie sur le bord de mon lit ;

Vite, je me lève et me précipite dans la chambre de ma fille, ouf ma Princesse est là, couchée dans son lit, Anya sa fidèle chatte roulée en boule contre elle.

Ce n’était juste qu’un cauchemar,

Un mauvais cauchemar.

Impossible de me rendormir !

Je vais aller crayonner cette vision d’horreur pour me calmer en attendant que le jour se lève.

---------------------------------------

Aucun des personnages ne font partie de ma vie ou de mes connaissances, ormis ma fille Gwenalyss.
Le rêve est un phénomène que nous ne gérons pas et ils sont toujours pleins de mystères pour moi qui suit une grande rêveuse et qui me souvient souvent de mes rêves bons ou mauvais.

« Savich » je ne sais vraiment pas pourquoi ce mot, j’ai donc fait une petite recherche sur internet et voici ce que j’ai trouvé :

Savich est un Collectionneur de Magnétites glacées qui se trouve dans les Cimes du sorcier près de la Place des Fous (a priori c’est un nom de jeu de rôle)

Autrement : karl Savich est un Historien serbe-Américain

J'ai aussi mis le mot à l'envers : SAVICH : "CHIVAS", ce n'est pas possible dans ce sens,

je ne bois pas de whisky "e n'aime pas ça" Oooops!

Et pour finir, je n'essaie jamais d'analyser mes rêves, car je rêve souvent et ils seraient tous contradictoires dans leurs prévisions.

Ce qui attire le plus mon attention dans mes rêves est le fait que je marche, je marche énormément, il m'arrive de faire des kilomètres à pieds en une nuit, marcher et me déplacer dans une ville, à la campagne, sans jamais me fatiguer.

C'est seulement le matin quand je me réveille, que je suis épuisée.

 

Les commentaires sont fermés.