Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/09/2006

RECORD D'OLIVIER DE KERSAUSON SUR GERONIMO

DOMMAGE QUE LES MEDIAS PARLENT MOINS DE VOILE QUE DE FOOT ...

Le World Speed Sailing Record Council a homologué LE 16 juin 2006, le record du Pacifique d'Ouest en Est de Geronimo.

medium_sf_finish_14.jpg



C'est à 00h43 GMT que le trimaran aux couleurs de Capgemini et Schneider Electric a franchi la ligne d'arrivée de ce record du Pacifique d'Ouest en Est. Partis le 29 mai dernier de Yokohama au japon, Olivier de Kersauson et ses 8 hommes d'équipage auront mis 13 jours 22 heures 38 minutes et 28 secondes pour effectuer les 4482 miles du parcours. Ils battent ainsi de 18 heures et 44 minutes l'ancien record de Bruno Peyron. Ainsi, s’être emparé du record de Steve Fosset d’Est en Ouest, le team Capgemini/Schneider Electric vient de ravir celui de Bruno Peyron d’Ouest en Est.

Jamais plus !

C’est avec un immense fou-rire qu’Olivier de Kersauson a conclu la vacation réalisée juste après le passage de ligne, alors qu’on lui demandait ce qu’il ferait si son record était battu. «Je m’arrangerais pour être malade. Qu’ils y aillent, moi, jamais plus. Je veux bien toutes les galères, mais plus jamais ça ». Le skipper de Geronimo résume ainsi ses 13 jours de mer.

medium_tempete_05.jpg


« Les conditions sont incontrôlables, les bulletins tombent toutes les six heures, en six heures tout a largement le temps d’être bouleversé dans ces zones.

Alors ‘on fait avec’ pendant, pas en anticipant.

Cela peut sembler assez sympa, ‘faire avec’ c’est aussi la beauté de notre métier, mais pour les nerfs, c’est terrible, surtout avec une météo aussi tordue.

En 30 ans de navigation, je pense que nous avons une idée assez précise de ce qui se passe sur l’eau dans bien des régions du monde.

Ici, je dirais que nous avons une idée, mais elle est floue !.

medium_sf_finish_19.2.jpg


De toutes nos campagnes, celle-ci est la plus calamiteuse.

Réaliser des projets dans des régions où peu de navigateurs allaient est un projet de nos partenaires Capgemini et Schneider Electric, faire des campagnes mondiales.

C’est intéressant et jusqu’ici, tous les records ont été passionnants.

Mais, les côtes du Japon, non merci.

On comprend pourquoi le ce pays est resté longtemps isolé.

La météo est incompréhensible.

A bord, nous nous imaginions les lourds trois mâts englués dans cette galère, ce devait être un casse-tête effrayant. »


medium_sf_finish_2.jpgArrivee à San Francisco


medium_sf_finish_12.jpg


World Record: Yokohama to San Francisco
Yacht: "Geronimo" 110ft Trimaran
Name: Olivier de Kersauson FRA and 8 crew.
Dates: 29th May to the 12th June 2006
Start time: 02.04.39 GMT on the 29th May 2006
Finish time: 00.43.07 GMT on the 12th June 2006.
Elapsed time: 13 days 22 hours 38 minutes 28 seconds
Distance: 4482nm.

Le précédent record du tour de l'Australie datait de 1998. Peter Blake (assassiné le 5 décembre 2001 par des pirates) l'avait réalisé en près de 34 jours.
medium_blake_PETER.2.jpg

Peter BLAKE

18/07/2006

VISITE DE l'ILE DE RE

Quelques uns d'entre vous nous font visiter en photos le LANGUEDOC

Aujourd'hui j'ai le plaisir de vous emmener faire un petit tour à l'ILE DE RE en VENDEE



Ces photos sont de février 2004, mais il n'y a pas eu de grande tempête pendant ce séjour.

Pont nous permettant l'accès de l'Ile.

La fameuse prison

Les ânes de l'Ile - on les appelle les Anes culotés car en été pour les protéger des moustiques les habitants leur fabriquent des pantalons.

Une plage

Des maisons encore bien conservées

Le Phare de la BALEINE

Phare de la Baleine en contre-jour

Phare du Baleineau au large du Phare de la Baleine

L'OCEAN (vue derrière le Phare de la Baleine)

13:25 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (17)

12/05/2006

Gwenalys a nagé avec les Dauphins

En Octobre 2000 ma fille Gwenalys avait alors 11 ans et elle a eu la chance de nager avec des dauphins, même l'eau glacée ne l'a pas retenue ; voici son récit :

medium_embiez02.jpg
Je suis Gwenalys, une jeune fille de 16 ans
A l'époque de mes 11 ans, j'habitais face à l'île des Embiez (Var) près de Toulon.
Un matin d'octobre 2000, en attendant le bus sur le port du Brusc, ma copine Fanny qui habite sur l'île, m'a signalé la présence de dauphins dans le port des Embiez.
Après l'école, Maman et moi nous sommes rendus sur l'île pour assister à cet événement.
Ils étaient effectivement là, au nombre de sept, à nager dans le port sous l'œil curieux des habitants amassés sur le quai et prenant des photos.
medium_dauphins_003.jpg

Un jeune couple et deux petites filles de mon age se préparaient à les rejoindre ; j'ai profité de l'opportunité pour me glisser moi aussi dans l'eau et tenter de les observer dans leur milieu aquatique.
J'allais réaliser l'un de mes rêves : nager parmi les dauphins !
Par crainte de les effrayer, nous avons pénétré dans l'eau assez loin d'eux, mais très rapidement, les mammifères se sont rapprochés de nous.
Ils nous suivaient dans tous nos mouvements, s'éloignaient, puis revenaient près du groupe de nageurs.
Ils tournaient autour de nous à moins d'un mètre, calmement, sans avoir peur des drôles de poissons que nous sommes, mais en restant toujours groupés.
Parfois, ils sortaient leurs rostres, nous appellaient en poussant de petits cris, et plongeaient pour réapparaître a côté de nous et nous faire le ventre blanc. Nous nagions avec les dauphins...
Cette première rencontre a durée plusieurs heures durant lesquelles j'ai observé leur comportement et appris à en reconnaître certains grâce aux blessures présentes sur le rostre, le dos ou sur l'aileron.
En revanche, j'éprouvais des difficultés à différencier les autres.
J'ai appris que ce n'était pas des dauphins, mais des marsouins, car ils étaient plus petits, fins et de couleur gris foncé.
Le lendemain, la nouvelle s'étant répandue, les observateurs étaient plus nombreux : un scientifique du musée océanographique de Monaco interdisait quiconque de se baigner avec eux, prétextant qu'ils étaient dangereux et qu'ils risquaient de nous attaquer.
Quand je lui ai demandé pourquoi ils étaient là, il a dit qu'ils devaient être malades et que l'on ne pouvait rien pour eux excepté les laisser dépérir.
J'aurais bien voulu qu'il me donne plus d'explications mais surtout l'autorisation d'aller nager une fois encore avec mes nouveaux copains marsouins qui m'appelaient en tournant autour du bateau d'où je les observais.
Rien ne sert de bouder
medium_boudeuse.2.jpg

Je me suis mise à plat ventre à l'arrière du bateau. Je tapais légèrement l'eau de la main pour attirer leur attention : ils s'approchaient de moi, passaient le long du bateau, en inclinant leur corps et en me regardant de leur œil curieux.
Dès qu'ils s'éloignaient, je retapait sur la coque ou dans l'eau et ils revenaient.
Ce petit jeu a duré plusieurs heures : ces marsouins sont vraiment des curieux !
medium_embiez04.jpg

Ce que je vais vous raconter maintenant est plus triste et j'espère que cela n'arrivera plus jamais.
Dans la nuit, un dauphin est mort ; les scientifiques ont trouvé dans son ventre des sacs plastiques, des cordages et des filets. Dans les jours suivants, un "couillon" (je ne veux pas employer de mots grossiers, et pourtant ce serait plus justifié) à essayé de pêcher les dauphins.
De ce fait l'un de ces paubres bêtes s'est retrouvé avec un hameçon dans le rostre.
Un habitant de l'île a essayer de lui enlever lui même puisque les scientifiques Monégasques ne voulaient pas se déplacer. L'animal se laissait faire et se mettait de telle façon qu'il puisse faciliter l'enlèvement de l'hameçon. Dans les deux jours suivants, il est mort à son tour.
Mes amis marsouins ont alors quitté le port et l'île des Embiez, 10 jours après leur arrivée.
medium_embiez01.jpg

Je garde un souvenir inoubliable de cette rencontre avec ces animaux que je connais aujourd'hui un peu mieux.
J'espère un jour les revoir pour nager parmi eux et les observer à nouveau.

11:10 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (8)

21/04/2006

ROCHER DE GIBRALTAR

Fin du voyage et livraison du voilier, un petit pincement au coeur en le laissant, partis du port du LAVANDOU dans le Var.
Comme à chaque fois presque 3 semaines en mer, qu'il est difficile de revenir sur la terre ferme, c'est une autre vie, isolés mais pas tout à fait, il y a les rencontres insolites dans les ports de personnages amusants, la visite des poissons volants sur le pont du bateau, nos amis les dauphins qui viennent faire un petit bout de route avec nous, les méduses géantes, et des dizaines d'animaux dont on ne soupsonne pas toujours l'existance.
La navigation par elle même, tenir le cap, prendre le vent dans les voiles, choisr sa crique ou un port pour passer la nuit, que des bons moments.

medium_the_rock-gibraltar.jpg

21:37 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (2)

LEVER DE SOLEIL

Un lever de soleil dans la Baie d'Alméria (Espagne) en allant sur Gibraltar

medium_fran_voilier.2.jpg

21:15 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)

ENTRE CIEL ET MER

Cabotage le long des côtes Espagnoles

medium_fran_sur_voilier.2.jpg

Novembre 1999 (dernier voyage avant ...)

21:00 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)